Barèmes Crédits Pièges à éviter

08 novembre 2017

L'année Lombarde : la méthode pour vérifier que...

Nombreux sont ceux qui se sont connectés sur ce blog à propos de l'année lombarde.

D'ici quelques semaines, un nouveau livre va sortir sous la forme d'un roman

qui permettra de connaître quelques dysfonctionnments dans la distribution

du crédit en France.

Il devrait contenir, en annexe à la fin du livre, plusieurs fiches produits.

Parmi elles, il y aura la méthode pour vérifier si, pour vous aussi, les intérêts de votre

prêt immobilier, ont été calculés à partir de l'année Lombarde.

Si vous souhaitez être avisés de sa parution, vous pouvez en faire la demande sur ce blog.

Bien cordialement à tous.

L'Equipe d'Expertcrédit

Posté par expert_credit à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 septembre 2017

LLD Citroen C1 à 99 € par mois. Si vous n’avez pas compris… dommage !!!

Voir précédent message de ce jour sur la LLD Peugeot pour une 308... La mécanqiue est la même.

Posté par expert_credit à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LLD Renault Twingo à 99 € par mois. Si vous n’avez pas compris… dommage !!!

Voir article précédent sur la 308 Peugeot en LLD la mécanique est la même !

Posté par expert_credit à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LLD Peugeot 308 à 238 € par mois. Si vous n’avez pas compris… dommage !!!

Comme notamment Citroën et Renault, Peugeot accentue son offre

Location Longue Durée avec un premier fort loyer de 2500 €, soit à peu près 10 loyers d’avance à fonds perdus.

Ces opérations qui n’ont aucune lisibilité et risquent de vous coûter cher, n’offrent  d’avantages qu’aux financiers. Ces « faux crédits », car il s’agit bien de crédits déguisés, échappent totalement aux lois protégeant depuis 1978 les Consommateurs. Le droit de rétractation n’existe pas et aucun formalisme n’est prévu au Code de la Consommation pour ces opérations toxiques.

C’est la seule opération de financement qui ne donne pas le prix de la voiture ce qui vous aveugle totalement sur son coût réel. On vous répondra que vous ne payez que l’utilisation et non pas le capital de la voiture. Ceci est bien sûr un leurre savamment orchestré.

Cette déviation qui dure, perdure et s’accentue, est intolérable. Ces opérations ne visent qu’à enchaîner le Client pour une durée incompressible. C’est le seul financement  qui ne peut être interrompu avant le dernier loyer payé.

Attention aux kilomètres supplémentaires à payer en fin de location,  vous allez découvrir alors, les joies d’une facturation de remise à l’état standard, carrosserie et mécanique et le pire sera à venir en cas d’accident et de destruction totale du véhicule si vous n’avait pas souscrit le Perte financière qui est coûteuse.  En effet vous serez redevable de la TVA résiduelle.

Il n’y a aucun doute, à l’instar de Citroën et Renault et d’autres, les véhicules sont de plus en plus sûrs technologiquement mais les financements dérapent.

Par leur mensualité attractive en apparence, vous finirez par payer le déficit financier à la fin. Si vous louez en Location Longue Durée et que vous laissez votre véhicule au garage jusqu’au dernier loyer… nous n’avons rien dit…

Aujourd’hui, qu’est-ce qui différencie un crédit classique d’une LLD ? Tout !!!

Quand les pouvoirs publics prendront-ils conscience de l’existence de cette usine à ruines pour les petits budgets et mettront un terme à ce scénario catastrophe?

 

Posté par expert_credit à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2017

Financer son véhicule avec le CREDIT AGRICOLE...

Financer son véhicule avec le Crédit Agricole

Sur Internet, le site du Crédit Agricole donne des renseignements sur « le financement de son véhicule ».

Détaillons les bons conseils et la perception du crédit chez ce banquier.

Le Prêt Affecté

1.     « Comme en immobilier, pour l’achat de votre voiture, plus votre apport personnel est important, moins vous aurez à emprunter. » En voilà une belle porte ouverte enfoncée par ce banquier. Quelle nouveauté ! Qui l’eût cru ? Comment est-ce possible ? Plus on verse du comptant pour l’achat d’une automobile… moins on emprunte ? Merci Crédit Agricole pour cette information capitale…

2.     « Vous ne commencez le remboursement qu’à compter de la livraison du véhicule » Faux ! On rembourse un mois après la livraison du véhicule… C’est du crédit !

3.     « Plus la durée est longue, plus le montant des mensualités diminue mais plus le coût total du crédit augmente » Nouvelle porte ouverte enfoncée par le « Père Noël de l’information Client ». Plus le crédit est long plus les agios sont élevés… quelle information capitale ! Et plus on choisit une durée longue…plus le montant de la mensualité diminue ! C’est du délire !!! Quel professionnalisme !

Le Prêt Classique

Ce que le Crédit Agricole appelle un Prêt classique est en fait un Prêt Personnel. C’est le Prêt habituel des Banques. C’est à dire que l’on finance une voiture…sans dire que c’est une voiture. Gros avantage pour la Banque…Elle reste étrangère à tout litige entre l’acheteur et le vendeur, d’où l’appellation Prêt Classique qu’il vaudrait mieux appeler prêt habituel chez nous pour lequel la protection du Client au niveau du crédit est ...nulle!

Le Prêt « Ballon »

« Le principe est celui de la location » Faux ! La seule comparaison est que l’on minore les mensualités du souscripteur qui se retrouve ensuite à payer, quelques années plus tard, une « grosse » mensualité qu’en général il ne peut pas payer… Curieux qu’une banque mette à son menu le crédit ballon. C’est un conseil pour un suicide financier sauf cas prévu d'une rentrée d'argent certaine en montant et en date.

« Le Crédit Ballon n’a pas que des avantages » Encore heureux qu’ils le reconnaissent, ils écrivent : « le concessionnaire ne reprend la voiture qu’à certaines conditions (kilométrage à ne pas dépasser) et le coût final du crédit est parfois plus élevé que dans les autres solutions. » Et , ils rajoutent dans cette rubrique : « Ce type de crédit peut vous intéresser si vous souhaitez rouler dans des véhicules neufs et en changer souvent. » Avec ces opérations ruineuses qui ne visent qu’à endetter des Clients incapables de s’offrir un crédit sain et normal, on ne voit pas comment ces derniers pourraient en « changer plus souvent ».

La Location avec Option d’Achat

« Un budget auto mensualisé et tout compris qui séduit de plus en plus les Français. » Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme... Si on était un peu plus professionnel sur le sujet…évidemment…

La Location Longue Durée (LLD)

« Ce type de crédit-bail fonctionne de la même façon que la LOA, sauf que vous rendez la voiture à la fin de la période de location, sans possibilité de l’acheter. Cette formule est plutôt destinée aux professionnels. Les mensualités sont identiques à celles de la LOA. » Encore 2 erreurs ! Il suffit de regarder la publicité médiatique pour constater que les offres des Constructeurs vers les particuliers sont principalement axées sur la LLD. Gros danger pour les uns et grosses ventes pour les autres. Enfin, la mensualité en LLD est moins élevée car le client ne récupère jamais son véhicule mais il a droit à toutes les contraintes et à tous les risques de ces opérations toxiques pour un particulier standard.

Le Crédit Agricole oublie de préciser qu’en LLD, le client ne bénéficie pas de la protection du Code de la Consommation, pourtant il en faisait mention au début de son information sur le crédit.

Que peut-on dire quand on lit de tels écrans sur Internet ?… que l’on avait sûrement des pages à remplir… Ces informations n’apportent rien au lecteur tant elles sont simplistes et peu professionnelles. Elles auraient même tendance à banaliser des opérations dangereuses de toute évidence. Le Crédit Aigri colle !!!

 

Posté par expert_credit à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Crédit Agricole et l'année lombarde : Le procès imperdable et pourtant...

Le Crédit Agricole et l’année Lombarde : le procès imperdable et pourtant…

Rappelons que l’année lombarde est égale à 360 jours et que la banque qui utilise cette durée pour calculer les agios de ses prêts, est fautive vis à vis de la Loi qui est formelle sur ce point et qui condamne la Banque a remplacer le taux d’intérêt initial du contrat par le taux légal, ce qui constitue une sanction financière très élevée. En effet, les agios doivent être calculés sur une année civile de 365 jours.

Sans rentrer dans le détail du dossier en question, retenons ceci :

Un Client découvre que le Crédit Agricole a utilisé l’année Lombarde pour calculer les intérêts de son crédit immobilier. Les 2 parties se retrouvent devant le Tribunal en première Instance puis devant la Cour d’Appel 1 an plus tard.

Dans les 2 cas, les Juges ont donné raison au Crédit Agricole.

Pourquoi imperdable ?

Au cours des débats, le Client a apporté la preuve arithmétique de l’action fautive.

Quel est le niveau de fiabilité d’une preuve arithmétique ? Dans la mesure où cette preuve peut être comprise sans difficultés par un lycéen de 15 ans, il n’y en a pas de meilleure. Par rapport à une affaire criminelle où un tueur a laissé son ADN sur la victime, l’inculpé argumente que la relation était consentie, semant ainsi un certain doute. Alors que, 2 + 2 font toujours 4 et ne sont même pas discutables.

L’Avocat du Client a également rapporté les pratiques bancaires qui existent depuis la nuit des temps et qui sont immuables.

Au niveau des débats, il a été produit un dossier similaire dans lequel le Crédit Agricole a implicitement reconnu sa faute en faisant un cadeau de 55 000 euros pour utilisation de l’année lombarde. Cela concernait un dossier de 2011 d’un montant de 130 000 € environ.

Cette preuve étant majeure au niveau de la culpabilité de ses services, la Caisse Régionale de Crédit Agricole a alors indiqué que c’était pour réparer une erreur sur le calcul du TEG et non pas sur l’année lombarde. Ceci est évidemment faux puisqu’il est produit aux débats, la lettre du porteur du dossier similaire qui ne fait que mention de l’année lombarde et pour lequel le terme TEG ne figurant pas dans ledit courrier. D’ailleurs cette personne apporte un témoignage écrit certifiant qu’il n’a jamais contesté le TEG.

Le Crédit Agricole précise même que lorsqu’il y a une telle erreur, il s’empresse de la réparer.

Nous citons la déclaration de cette Banque au Tribunal:

« Certaines (pièces) concernent un dossier X pour lequel la Caisse a effectivement transigé après avoir constaté une erreur mathématique dans le calcul du TEG. Ainsi et lorsqu’il existe un motif et que cela est justifié, à savoir qu’une erreur est effectivement constatée dans le calcul du TEG, la Caisse Régionale de … n’hésite pas à revoir les conditions financières du prêt accordé à ses clients afin de réparer le préjudice subi du fait de l’erreur dans un parfait respect et en conformité avec les règles légales applicables »

Pour ceux qui ont connu des litiges avec cette Banque, il vaut mieux en rire car la parade est grossière et non crédible.

En résumé, le Crédit Agricole n’explique pas la soi-disant erreur du TEG mais le Tribunal ne s’y intéresse pas non plus et se contente de cette explication. Pourquoi n’essaie-t-il pas de comprendre ce que cache un cadeau de 55 000 € ?

Pour l’année lombarde, il y avait évidemment le feu au Crédit Agricole car ils ont fait ce cadeau exceptionnel en 5 semaines environ tout compris (Nous reviendrons en détail sur cet épisode). Rappelons que lorsqu’un Client fait une réclamation, la réponse en général est « nous avons bien reçu votre demande et elle sera traitée dans les 60 jours ». D’ailleurs, qui peut croire qu’en perdant 55 000 €, le Crédit Agricole ne soit pas coupable ? Même si il s’agissait d’une erreur de TEG, la somme donnée en cadeau n’aurait jamais du atteindre un tel montant. Et pourtant, oui le Crédit Agricole, en arborant « une mauvaise foi de mauvais aloi » a réussi à se sortir de l’impasse qu’il avait créée.

Ce qui importe, au delà du dossier par lui-même, c’est que le Crédit Agricole est confondu d’avoir fait une fausse déclaration sur ses agissements. Aucune mention, aucune sanction ne figure dans le jugement. Cette infraction s’est déroulée dans l’indifférence générale.

On ne peut clore ce message sans penser aux petits artisans et à leur relation bancaire. Ainsi, la Banque X reçoit Mr Martin, artisan électricien client depuis 10 ans. Un de ses clients, pour lequel il sous-traitait un chantier, a déposé le bilan. Il va s’en arranger mais il a besoin d’un délai et demande, humblement et poliment, un découvert de 3 000 euros pour assurer sa fin de mois. Il reçoit un refus poli mais ferme. « Vous vous rendez compte Monsieur Martin, un découvert c’est sans garantie pour nous et c’est 3 000 € ! »

Il pense alors à la citation bien connue : « Le banquier est quelqu'un qui vous prête son parapluie lorsque le soleil brille et vous le retire aussitôt qu'il pleut." 

8 jours plus tard, il apprend que sa Banque a perdu 8 milliards d’euros dans ses investissements à l’étranger.

Hé oui ! Certaines Banques pratiquent encore l ‘amateurisme. La division des risques connaissent-ils ? Ainsi, il aurait été préférable d’aider 2,5 millions d’artisans en leur allouant       3 000 euros de découvert, le montant était le même que les investissements à l’étranger et le risque réparti aurait été  moins important. Rappelons aussi que les taux de découvert pour les petits clients professionnels affichent aujourd’hui un taux d’usure de 13,69 % au 1 juillet 2017 qui résulte d’un taux moyen pratiqué au cours du deuxième trimestre de 10,27 % + 33 % = 13,69 %. 

Ajoutons qu’une Caisse de Crédit Agricole a déjà été condamné sur l’utilisation de l’Année Lombarde et que la défense commune adoptée par les Caisses Régionales est de faire dévier le problème sur le TEG. Alors que le litige est clair... On ne conteste pas le TEG mais la durée sur laquelle les agios sont décomptés. En tentant de déplacer son problème sur le terrain du TEG, le Crédit Agricole rend l'accusation plus difficile et brouille ainsi les pistes de la réalité.

L’expérience acquise à partir de ce procès nous permettra prochainement d’expliquer dans quels cas on peut confondre le Crédit Agricole sur ce genre d’agissements.

Si vous êtes dans le doute, laissez nous vos coordonnées sur notre boite mail vous serez alors destinataires de notre méthode pour vous permettre de vérifier votre propre dossier. Cela concerne toutes les formes de crédit datant de moins de 5 ans, quoique sur ce dernier point il y a discussion.  Mieux qu’une pétition, un nombre important de Clients victimes d’irrégularités peut contraindre une banque à respecter la loi et reconnaître ses erreurs.

Posté par expert_credit à 09:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 juillet 2017

Le Crédit Agricole et l'Assurance Décès Invalidité : Histoire d'un TEG contourné et faux

Vous pouvez consulter sur le lien suivant ce que le Crédit Agricole prône sur son site Internet au niveau de l’assurance Décès.

 

 https://www.credit-agricole.fr/assurances/credit/assurance-emprunteur-adi.html

 

 Il y est écrit en toutes lettres :

 

  • Une protection de qualité pour vous accompagner dans votre projet immobilier
  • Une prise en charge forfaitaire, c’est-à-dire sans condition de perte de revenu
  • Une simplicité de gestion et la certitude d’être soutenu par votre banque

 

Plus loin,

 

« Que vous soyez emprunteur ou co-emprunteur, le contrat d’assurance du Crédit Agricole vous apportera les garanties réellement utiles à votre projet et vous permettra de sécuriser le remboursement de votre prêt. Si vous êtes caution, vous pouvez aussi souscrire une assurance emprunteur. »

 

Ensuite,

 

« Au Crédit Agricole, l’assurance emprunteur est obligatoire pour l’obtention de votre crédit immobilier »

 

Or, certains contrats du Crédit Agricole présentent la subtilité suivante :

 

Pour l’Emprunteur, l’assurance est obligatoire.

 

Pour le Co-emprunteur (qui n’est pas une caution), l’assurance est facultative.

 

En procédant ainsi, le Crédit Agricole contourne la loi et ne respecte pas les vœux du Législateur.

 

Explication :

 

Le Législateur a souhaité éclairer et protéger les Consommateurs au travers des contrats de crédits y compris les crédits immobiliers. 

Le consommateur moyen n’est pas censé comprendre les termes bancaires et ses usages.

 

Parmi les « outils » de protection, il y a en numéro 1 le TEG qui englobe le taux de base, les frais de dossiers, les assurances décès lorsqu’elles sont obligatoires, les frais de garantie lorsqu’ ils sont connus, etc. Serait-ce un moyen infaillible pour protéger et éclairer les Consommateurs ?

 

En lisant ce qui précède, vous l’avez bien compris, le Crédit Agricole baisse ainsi fictivement le TEG seul point de repère fiable dans le choix d’un Consommateur moyen.

 

N’oublions pas que l’enjeu est majeur, car il concerne souvent le projet d’une vie, d’une famille sur plusieurs années.

 

Le TEG ainsi tronqué, prive le Consommateur d’une comparaison objective.

 

Cette pratique doit être sanctionnée. Nous avons déjà plusieurs exemples recueillis sur ce blog, mais de nouveaux cas seront les bienvenus pour renforcer une action de groupe possible, car, de fait, le TEG est faussé.

 

Illustration :

 

Un Client se renseigne pour obtenir un prêt immobilier de 100 000 € sur 180 mois.

 

Le premier établissement propose un prêt au TEG de 2,40 %.

 

Le Crédit Agricole propose quant à lui un TEG de 2,35 %.

 

Pourtant, la mensualité du Crédit Agricole sera plus élevée car l’assurance ayant été « baptisée » facultative pour le second emprunteur, celle-ci n’est pas comptabilisée dans le TEG.

 

On pourrait nous rétorquer du côté Prêteur que le Co-emprunteur n’a pas de revenus. Or, parmi les exemples en notre possession, le co-emprunteur qui est souvent le conjoint a été décompté dans le pourcentage d’endettement car il participe au remboursement de la mensualité.

 

C’est, pour le moins, un défaut de conseil caractérisé en proposant une assurance dite facultative. Quand 2 conjoints salariés ont un endettement de 30 %, le décès de l’un d’entre eux, augmente l’endettement de façon significative de l’autre. Il dépasse même le seuil d’endettement généralement admis par les banques.  D’ailleurs, le site de cette banque est formel, il faut que l’assurance décès de l’emprunteur soit obligatoire.

 

Nous rappelons que le co-emprunteur est toujours considéré par les banques comme un emprunteur. D’ailleurs dans ses contrats, le Crédit Agricole écrit en toutes lettres :

 

« Ci-après dénommé(s) l’ « Emprunteur » quand bien même ils seraient plusieurs »   

 

Que dire d’une Banque qui octroie un crédit supérieur en durée de 14 ans … après l’âge où le souscripteur cessera d’être garanti ? On peut dire que c’est un prêteur sur gage !!! Le moyen âge perdure chez les « Brontosaures » de la Banque ! En fait la Banque se moque éperdument de cette problématique, car si la veuve ne peut pas payer, on vendra l’objet du financement et, si cela ne suffit pas, peut être la résidence principale au profit du banquier.

 

Démonstration par l'exemple :

 

Mr X est âgé de 61 ans en décembre 2010. Il est marié.

 

Il emprunte 136 000 € sur 270 mois.

 

En décembre 2019, il aura 70 ans et, à ce moment là, il lui restera un capital de 95 320 € à payer qu’il remboursera par 729 euros mensuels jusqu’en…2033 !!! Soit encore exactement 168 mensualités pour un montant total de 122 472 euros.

 

En cas de décès après ses 70 ans, les revenus de son épouse ne pourront pas lui permettre de payer une telle mensualité. Le Banquier avait déjà cette information lors de la souscription du prêt

 

Question : Est-il normal qu’une banque alloue un prêt avec une telle insuffisance de sécurité pour le couple, sachant qu’il restera 168 mensualités (14 ans) de remboursement sans assurance Décès ! Il est évident que la banque, en cas de sinistre sur ce point, se paiera sur le bien financé et sur la résidence principale du couple. Cela s’apparente à un « prêt sur gage » et le défaut de conseil est avéré.

 

Au demeurant, chacun sait qu’il est obligatoire de s’assurer et qu’en cas de refus de souscrire la garantie Décès, la Banque n’accepterait pas le dossier. L’appellation « assurance facultative » pour le Co emprunteur, est une ficelle de la grosseur d’une amarre de Transatlantique,  qui ne trompera personne. Elle n’est là que pour diminuer le TEG… c’est d’une « évidence évidemment évidente »

 

A la lumière de ces pratiques douteuses, certains visiteurs de ce site peuvent nous contacter en toute confidentialité pour témoigner et participer éventuellement à une Class action qui est le moyen efficace pour se faire entendre de la Justice à moindre coût puisque cette démarche est orchestrée par une association de Consommateurs. Les documents transmis resteraient confidentiels et utilisables uniquement avec un accord des souscripteurs.

 

Il est également intéressant de savoir comment on vous a présenté le contrat à l'Agence. Car si le Conseiller omet de vous prévenir que l'assurance du conjoint est facultative, vous n'êtes pas censé mesurer l'incidence de minoration sur le TEG qui est votre seul point de repère objectif par rapport à une autre offre bancaire.

 

NB :

 

-       Lorsque qu’un TEG est réputé faux, la Juge baisse le taux du prêt dans les proportions qu’il juge nécessaire.

 

-       Le délai de Prescription est de 5 ans normalement mais il y a des subtilités sur le sujet. De plus pour les dossiers d’avant Juin 2008 la prescription de base est de 10 ans.

 

Nous restons à votre disposition pour toute précision sur le sujet.

 

A suivre une rubrique sur l’Année Lombarde « Comment la détecter facilement dans certains cas avec son mode d'emploi. »

Rappel: Notre action et nos conseils sont totalement bénévoles

 

 

 

 

 

Posté par expert_credit à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

Un certain Bernandi inscrit des commentaires sur ce blog pour faire sa publicité... Nous détruisons ces messages au fur et à ...

... et à mesure mais, par exemple, aujourd'hui nous avons signalé comme spam et détruit 7 messages en quelques minutes.

Le teneur de ces messages laisse entrevoir une arnaque en adéquation avec la méthode employée pour utiliser ce blog...

Méfiance donc et vous pouvez nous signaler toute tentative frauduleuse pour que nous enquêtions.

Bien cordialement.

L'Equipe d'Expertcrédit

 

 

Posté par expert_credit à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2017

Les prêts ou crédits Auto sont aussi concernés par l'année lombarde

 

 

Comme pour les Prêts Immobiliers, les prêts auto ou les prêts personnels peuvent être concernés par l’utilisation de l’année Lombarde.

Dans ce cas, la Banque doit remplacer le taux d’origine du contrat par le taux légal. Attention, vous bénéficiez de la rétroactivité de la baisse de taux.

 

Prenons un exemple :

 

Un véhicule de 15 000 € est acheté à crédit en janvier 2016.

 

Crédit de 15 000 € remboursable sur 60 mois à 5,50 % en taux nominal (TAEG 5,64 %)

 

Intérêts en totalité : 2191,20 €

 

Si ces intérêts sont ramenés au taux légal du moment soit : 1,01 %,

 

les intérêts deviendront : 388,20 €

 

Vous serez remboursé de la différence soit : 1803 €

La banque doit vous rembourser " cash"  de la première échéance payée à la dernière payée et ensuite les échéances en cours sont minorées au taux légal.

 

3 points importants :

 

 

-       Il faut formuler votre contestation auprès de votre banque dans les 5 ans maximum de la date de signature du contrat. Au delà le délai de prescription serait dépassé.

-       Si votre contrat est antérieur à juin 2008, vous bénéficiez d’un délai de 10 ans

-     Cela est valable même si votre crédit est soldé... c'est à dire soit terminé, soit remboursé par anticipation

 

Vous n’êtes peut être pas concerné par ces anomaliees bancaires mais il est possible que cela intéresse un membre de votre famille ou un ami. N'hésitez pas à en parler autour de vous, les sommes en jeu ne sont pas négligeables.

 

Si vous voulez que l’on vérifie votre contrat, il suffit de nous en faire la demande.

 

Notre action est toujours bénévole y compris les conseils éventuels pour commencer  une action.

 

Les établissements bancaires qui pratiquent l’année lombarde à tort pour les prêts immobiliers, ont sûrement fait la même chose pour le reste. Nous pouvons aussi vérifier les crédits révolving si vous possédez encore vos premiers relevés mensuels.

 

Bien cordialement à tous.

 

L'Equipe d'Expertcrédit

 

Posté par expert_credit à 20:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 février 2017

Pour nous faire parvenir vos documents à l'analyse...

 

Lorsque vous nous laissez un message, celui-ci arrive dans notre boite mail et votre propre email apparait.

Par discrétion pour vos données personnelles, nous vous répondrons et échangerons via votre email.

Nous espérons ainsi clarifier la procédure à suivre pour nous contacter.

Nous rappelons que tous nos conseils et vérifications de vos contrats de prêts sont totalement

gratuits car le Blog Expertcrédit est bénévole.

Bien cordialement.

L'Equipe d'Expertcrédit.

Posté par expert_credit à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]